Pénurie de personnel : comment y remédier ?

Economie
FPE-CIGA
Politique
RH

Une pénurie de personnel, avec des variations selon les domaines d’activité et les régions, touche actuellement l’économie suisse et en particulier les PME. La tendance devrait encore s’accentuer selon economiesuisse qui prédit que 430'000 personnes actives manqueront d’ici 2040, ce qui représente 8% du total des emplois en Suisse. Fin janvier, je participais à une table ronde sur le sujet pour tenter de donner des pistes de réflexion et d’action pour relever ce défi.

 

Le défi est de taille pour l’économie suisse avec, depuis 2020, un nombre de travailleurs partant à la retraite qui dépasse le nombre de personnes entrant sur le marché du travail. La reprise économique après la crise de Covid-19 couplée au vieillissement de la population, met les entreprises à rude épreuve en matière de recrutement de personnel. Fin janvier, l’Union Patronale Suisse, l’Union suisse des arts et métiers ainsi qu’economiesuisse ont mis sur pied une table-ronde avec des représentants de différents milieux pour réfléchir à des solutions concrètes permettant de relever ce défi. Invitée à participer à cette table-ronde, je vous livre quelques pistes d’action.

 

Une meilleure intégration de la main-d’œuvre indigène

Même si cette problématique entraîne des difficultés pour les entreprises, une pénurie de personnel est également synonyme de croissance économique et donc un signe de prospérité pour notre pays. Plusieurs solutions peuvent d’ailleurs être mises en place pour améliorer la situation. Il faudrait tout d’abord se concentrer sur la main-d’œuvre existante en Suisse par le biais d’un ensemble de mesures.

Cela commence notamment par inciter les personnes en âge de travailler à intégrer le marché de l’emploi ou à augmenter leur taux d’activité. Prenons par exemple les femmes ayant des enfants. Comme le révèle un rapport d’Ecoplan de 2023, un tiers des femmes actives sur le marché du travail augmenteraient leur taux de travail si les structures d’accueil extrafamilial avaient un coût plus abordable. Quant aux femmes qui n’exercent pas d’activité lucrative, elles sont presque la moitié à mettre en avant le manque d’emplois offrant des conditions de travail favorables à la famille. Une meilleure conciliation entre vie familiale et professionnelle, avec par exemple des horaires flexibles, des possibilités de télétravail ou des emplois à temps partiel, est donc l’une des clés pour une meilleure intégration des femmes sur le marché du travail. On pourrait aussi envisager à terme de revoir le montant de déduction des frais de garde par des tiers ou considérer ces frais comme des dépenses professionnelles sur le plan fiscal.

En plus des femmes, il faut encourager les seniors qui le souhaitent à rester plus longtemps sur le marché du travail, par exemple à temps partiel tout en percevant une partie de leur rente, ce qui est nouveau avec l’entrée en vigueur de la réforme AVS 21 au 1er janvier 2024. La flexibilisation de la retraite doit permettre d’apporter des réponses individuelles, car chaque cas est différent. Il faut trouver une solution dans une perspective gagnant-gagnant entre l’employeur et le salarié. Il faut maintenant que les entreprises soient rendues attentives aux possibilités qui s’offrent à elles et qu’elles les intègrent dans leur gestion du personnel.

Parallèlement, on constate des incitations négatives à l’emploi en cas d’augmentation de revenu, telle que la hausse des impôts des couples mariés, ce qui n’encourage pas à reprendre ou à augmenter son activité. L’imposition individuelle, dont le message a été adopté par le Conseil fédéral le 21 février 2024, pourrait être un élément de réponse, tout comme l’introduction d’une déduction fiscale pour les personnes qui augmenteraient leur taux d’activité, qui fait l’objet d’une motion déposée au Conseil des Etats.

On peut encore citer d’autres pistes d’action, comme la digitalisation, qui doit permettre un gain de productivité et la formation qui doit être plus adaptée aux besoins des entreprises. La formation continue, afin de garantir l’employabilité du personnel, ou les mesures de reconversion professionnelle doivent être davantage promues et soutenues. Aujourd’hui, on ne choisit plus un métier pour la vie et bon nombre de professions sont appelées à disparaître alors que d’autres vont apparaître, d’où la nécessité de pouvoir s’adapter à l’évolution.

 

La main d’œuvre étrangère, un complément nécessaire ?

Le renouvellement de génération nécessiterait un taux de natalité de 2.1 enfants, alors qu’il est actuellement de 1.4 enfants en Suisse. Il semble dès lors évident qu’une meilleure intégration de la main-d’œuvre indigène doit être complétée en parallèle par une immigration ciblée en provenance des pays de l’Union Européenne (UE) ainsi que des Etats tiers.

Pour cela, il faut que la Suisse retrouve au plus vite des relations stabilisées et durables avec son principal partenaire, l’UE. L’annonce du Conseil fédéral concernant un projet de mandat de négociation est donc une bonne nouvelle pour rétablir des relations étroites avec l’UE. L’accord sur la libre circulation des personnes, par exemple, reste indispensable dans ce contexte de pénurie de main-d’œuvre.

En ce qui concerne les contingents pour les travailleurs qualifiés provenant d’Etats tiers, 8'500 personnes avec des compétences spécifiques pourront être recrutées. Les contingents pourraient être adaptés, mais avant toute chose, les décisions doivent être prises plus rapidement. En effet, des facilitations administratives et une accélération des procédures d’autorisation sont indispensables pour alléger la charge des entreprises et leur permettre de trouver rapidement des solutions.

En outre, le Conseil fédéral s’est prononcé en octobre 2023 pour un assouplissement de la législation afin de permettre d’engager des étudiants d’Etats tiers ayant suivi leur cursus en Suisse. Ce sont en effet 1’700 étudiants qui quittent chaque année la Suisse avec un master. Une motion avait été déposée dans ce sens au Conseil national en 2017 déjà.

Enfin, les personnes au bénéfice d’un statut S devraient également pouvoir travailler plus facilement afin de leur permettre d’être plus autonomes financièrement. Ces personnes disposent en effet d’une bonne formation, principalement dans le tertiaire. Le Conseil national s’est prononcé favorablement à ce sujet en décembre 2023. Quant au Conseil fédéral, il s’est fixé un objectif ambitieux, à savoir que 40% de ces personnes aient trouvé un emploi d’ici fin 2024.

Des solutions existent

La pénurie de personnel a un impact très important sur l’économie suisse et ses entreprises mais un ensemble de solutions existent. Les différentes mesures énoncées le montrent. Plusieurs leviers politiques ont déjà été actionnés pour tenter d’accroître la main-d’œuvre dans notre pays et il va sans dire que d’autres vont encore voir le jour.

 

Nadine Gobet

Partager l'article

Sur le même thème

Actualités
Sondage RSE

Bien plus qu’un phénomène de mode, la durabilité est une composante indissociable de la réalité de toute entreprise. Pour répondre au mieux aux besoins des entreprises, la Fédération des Entreprises Romandes (FER) souhaite obtenir une vue d'ensemble des pratiques RSE des entreprises suisses.

Economie
Politique
RH
Services FPE
Sondage RSE
Les perspectives économiques pour 2024

Le 21 février dernier, la Fédération Patronale et Économique (FPE) et la Banque Raiffeisen Moléson ont reçu une centaine d’invité·e·s intéressé·e·s à découvrir les projections économiques pour l’année 2024. Revenons sur les points principaux présentés par Domagoj Arapovic, économiste au sein du Groupe Raiffeisen.

Economie
Politique
RH
Services FPE
Les perspectives économiques pour 2024
Interface de février disponible

Découvrez la nouvelle édition de notre journal Interface dans laquelle vous trouverez l'interview de Philippe Fleury, qui a succédé à Blaise Matthey en tant que directeur général de la FER Genève, l'interview de notre directrice Nadine Gobet, élue au Conseil national en 2023 et le retour en images sur notre année de jubilé.

FPE-CIGA
Services FPE
Interface de février disponible
Interface / 69 - Février 2024

Dans l'édition de mois de février, découvrez l'interview de Philippe Fleury qui a succédé à Blaise Matthey en tant que directeur général de la FER Genève. Élue au Conseil national en 2023, notre directrice Nadine Gobet revient sur ses motivations et les thèmes qui lui tiennent à cœur. Retour en images sur notre année de jubilé qui a marqué les 75 ans de la FPE-CIGA.

 

FPE-CIGA
Politique
Interface / 69 - Février 2024
Articles

Formation continue

La Fédération Patronale et Économique érige au rang de priorité l'accroissement des compétences de chacun. Le programme 2023-2024 est maintenant en ligne et comprend des formations sur des thèmes variés et actuels. La formation continue facilite l'adaptation aux changements, elle améliore les performances professionnelles et contribue à l'épanouissement personnel des individus. En investissa...

Administration
Assurances sociales
FPE-CIGA
RH

Contact

FPE - Fédération Patronale et Economique Rue de la Condémine 56 Case postale  1630 Bulle Voir sur la carte Tél. +41 26 919 87 50 Fax +41 26 919 87 49

FPE-CIGA
Événements
16
mai
16.05.2024 | Caveau BCF, Place des Alpes 16, 1630 Bulle
Petit-déjeuner - Enjeux et gouvernance de l'IA en entreprise

L’émergence des outils intégrant l’intelligence artificielle (IA) au sein des entreprises offre des opportunités sans précédent pour l’innovation, l’efficacité et la productivité. Afin d’assurer une utilisation sûre, efficace et éthique, les entreprises se doivent de comprendre les enjeux entourant l’IA et d’encadrer la mise en place et l’utilisation de tels outils.

rh
administration
economie
services-fpe